Le chef du gouvernement reçoit les représentants des députés signataires de la motion de défense de la légitimité

Tunis le
10 الخميس أكتوبر 2013
176.73 كيلوبايت

M. Ali Larayedh, chef du gouvernement, a reçu ce matin au palais du gouvernement à la Kasbah MM. Tahar Hmila, Mohamed Néjib Hosni et Wissem Yassine représentants des 88 députés défenseurs de la légitimité à l'ANC, en présence de M. Noureddine B'hiri ministre auprès du chef du gouvernement.

A l'issue de la rencontre, le député Néjib Hosni a indiqué dans une déclaration, que la délégation a informé le chef du gouvernement du point de vue des députés défenseurs de la légitimité à l'egard de la situation actuelle dans le pays, en soulignant que le chef du gouvernement a été compréhensif.

Il a ajouté que ces députés considèrent l'ANC comme étant le fruit de sacrifices faits par de nombreuses générations de tunisiens, à l'opposé de voix appelant à sa dissolution et la dissolution des institutions qui en découlent. Cette attitude est plutôt chaotique a-t-il précisé, en confirmant que la position des députés n'est pas en contradiction avec le dialogue national et que les députés ne cèderont pas les responsabilités qu'ils assument qu'à ceux choisis par le peuple au cours des prochaines élections. Ils continueront à promulguer les lois nécessaires à cette étape afin de garantir la continuité de l'Etat. M. Néjib Hosni a mis en valeur l'initiative du dialogue national dans la condition où elle s'en tienne à la légitimité et a exprimé son souci de se mettre au niveau de la confiance placée en eux par le peuple tunisien. "Nous avons absolument besoin de resserrer les rangs et particulièrement au sein de l'ANC qui peut accueillir tous ses députés afin de réussir le processus transitionnel" a-t-il indiqué, tout en exprimant sa grande amertume face au retrait des députés de l'ANC malgré les multiples tentatives pour rapprocher les points de vue avec eux, mais en vain.

M. Hosni a enfin déclaré que tous les députés signataires de la motion de défense de la légitimité refusent la démission du gouvernement sauf si le dialogue national débouche sur un consensus de former un nouveau gouvernement.